L'échange, la guérison mutuelle - Le chant du silence
15740
post-template-default,single,single-post,postid-15740,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-14.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
 

L’échange, la guérison mutuelle

La notion principale de la Psychothérapie Contemplative est que tous les êtres humains par nature sont fondamentalement sains. Notre but est d’aider nos clients à se connecter ou se reconnecter, par leur propres ressources, à leur santé fondamentale.

Faire l’expérience


Faire l’expérience de l’échange est possible pour nous en consultation et dans notre vie de tous les jours, cependant nous ne sommes pas toujours suffisamment présents pour reconnaître notre expérience intérieure et notre connexion aux autres.

Dans l’approche contemplative de l’aide, nous employons le mot “échange“ pour désigner l’expérience directe que nous avons d’une autre personne. Comme nous ne sommes pas un bloc immuable, quand nous rencontrons quelqu’un, il y a mélange d’énergie. Par exemple, si nous sommes assis avec un ami qui est très triste, il se peut que nous nous sentions tristes aussi. Notre tristesse n’apparaît pas seulement en réponse à ce qu’il nous a dit de ce qui se passe pour lui. C’est comme si nous “ attrapions “ sa tristesse. Parce que nous sommes perméables, nous glanons vraiment les ressentis des autres. L’échange n’est pas une technique mais un processus naturel. C’est une faculté fondamentale que nous avons à nous relier à l’autre. L’échange se produit que nous le voulions ou non. Du point de vue contemplatif, toutefois, quand nous le reconnaissons nous pouvons l’utiliser dans un sens bénéfique pour l’autre.

Toucher et Lâcher

Dans l’accompagnement je travaille avec l’échange sur moi-même, de la même manière que je travaille avec tout ce qui se manifeste en moi, dans mon expérience de vie. Nous pratiquons ensemble dans le coaching avec la personne, le “toucher et lâcher”. Il s’agit de laisser être tout ce dont nous faisons l’expérience au moment présent, “toucher”, et de prendre note de nos sensations corporelles, de nos émotions, de nos pensées et images mentales. Et puis, “Lâcher”, signifie ici laisser cela repartir : ne pas tenter de comprendre ni manipuler ce qui est d’une quelconque façon. Lâcher, c’est ne pas s’accrocher, mais être présent au moment suivant, nouveau, tel qu’il surgit. Ainsi, moment après moment.

La guérison est mutuelle

Dans l’approche de la thérapie contemplative, le thérapeute pratique la Pleine Conscience, l’attention et l’empathie pendant son travail avec ses clients. Son travail thérapeutique devient alors une partie de son propre chemin contemplatif et la guérison est mutuelle.
Se relier à l’autre et cultiver une relation, en reconnaîssant et en laissant passer nos obstacles pour créer la connexion avec la personne, dans ce sens, le pouvoir de guérison se produit par la relation.

En Psychologie Contemplative, nous considérons la relation thérapeutique en soi comme le premier véhicule de guérison et de changement.
“Une des contributions les plus importantes de la pratique de l’attention à la psychothérapie est qu’elle entraîne la faculté à être simplement présent à nos clients. En nous entraînant à être présent à nous même, à travers les vagues de nos pensées, d’émotions et de sensations, nous apprenons aussi à être présents à l’autre. En tant que thérapeutes, nous restons présents à nous-mêmes, et à nos clients. Nous sommes capables de maintenir le contact avec l’expérience moment après moment.” (Kissel Wegela, 2008)

Source : “Contemplative Psychotherapy Essentials, K.Kissel Wegela 2014”.