Comment la méditation peut-elle aider à canaliser un mental envahissant ? - Le chant du silence
15714
post-template-default,single,single-post,postid-15714,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-14.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
 

Comment la méditation peut-elle aider à canaliser un mental envahissant ?

Dans notre vie moderne où l’agitation est constante, il est souvent difficile de lâcher prise. La pression et les sur-sollicitations permanentes mettent à rude épreuve notre mental, littéralement surchargé et incapable de traiter l’information avec fluidité. Problèmes d’endormissement ou encore difficultés de concentration sont souvent liés à ce fourmillement d’informations sans cesse réactualisées. Comment parvenir à “déconnecter” ? Dominique Frau, spécialiste de la méditation de pleine conscience, nous donne quelques clés.

Pour quelles raisons les personnes vous consultent-elles généralement ?
Ce sont des personnes qui éprouvent de l’angoisse, de la fatigue avec insomnies et stress généralement. Les émotions prennent le dessus et entraînent de la confusion.

En quoi la méditation de pleine conscience peut-elle les aider ?
Cette méthode permet de défocaliser les pensées devenues envahissantes, grâce à la respiration. J’utilise souvent comme image un verre rempli d’eau et de terre. Si l’on remue constamment, les deux vont se mélanger et le résultat sera trouble : c’est ce qui pourrait s’apparenter à un mental envahissant, à de la confusion. Si maintenant on pose le verre et on attend, la terre décante dans le fond, et l’eau redevient claire et limpide au dessus : les pensées deviennent alors plus claires et le mental se relâche.

Pourriez-vous nous dévoiler quelques secrets pour parvenir à lâcher ce mental ?
J’aide les gens à se focaliser sur leur respiration à travers une méditation guidée, de pleine conscience. Cela consiste à être présent à sa propre respiration et à lui apporter une attention consciente. En faisant cela, par l’attention à la respiration, on s’ancre dans le présent, on ‘s’assoie’, on fait une pause et on va s’arrêter physiquement. On concentre son attention sur un seul point, la respiration et tous les stimulis qui viennent de l’extérieur peu à peu retombent puis disparaissent. Les 10, 15, 20 points de pensées différentes vont se transformer en un seul point, et toutes les pensées vont s’apaiser d’elles-mêmes. La personne comprend alors qu’elle ‘n’est’ pas ces pensées. Il y a une dissociation qui s’opère.

Peut-on ressentir des bienfaits avec une seule séance ?
Bien sûr, l’effet est immédiat. Les personnes ressentent une clarté et un apaisement dès la fin de la séance. La volonté et la répétition vont être très bénéfiques et vont souvent permettre de reprendre les rênes de sa propre vie. Cela dépend de l’entraînement et de la motivation. L’important est de mettre de l’attention et de l’intention. Il y a un guidage nécessaire à travers les séances. Au fur et à mesure, les personnes vont retrouver ainsi le contrôle de leur propre vie. Il leur devient plus facile de s’engager dans un projet par exemple ou encore de pouvoir réagir au moment où ils le souhaitent. Cette nouvelle force leur procure davantage de sérénité. C’est un nouveau départ qui s’amorce….