La méditation et la rencontre - Le chant du silence
15899
post-template-default,single,single-post,postid-15899,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-content-sidebar-responsive,qode-theme-ver-14.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive
 

La méditation et la rencontre

« Méditerc’est justement une tentative de plonger dans la profondeur de son être. Je ne médite pas comme le bouddhiste, assis en lotus. Cependant, je prête l’oreille à la respiration de mon corps, animé par le souffle. Le souffle est à la fois physique et spirituel. » (François Cheng, écrivain, membre de l’Académie Française, dans un entretien accordé à France Culture, le 22 octobre 2014, « A voix nue »).

 

Une de plus belles expériences en tant que coach de vie et enseignante de méditation est la rencontre.

D’abord, il y a la rencontre avec soi-même, avec ses certitudes et ses doutes, avec ses pensées et ses émotions les plus profondes et les plus authentiques. Nous ne pourrions pas accompagner quelqu’un sur son propre chemin de vie si, nous, nous sommes éloignés du nôtre.

Ensuite, il y a ce qu’on appelle la rencontre de l’autre.

Il s’agit de ces merveilleux moments où l’on se trouve face à une ou plusieurs personnes, entièrement libres d’être nous-mêmes, sans crainte de jugement, de honte ou d’incompréhension. Ce sont les clés de la psychologie contemplative et de la méditation de Pleine Conscience (Mindfulness) : être présent, corps et esprit, dans l’ici et maintenant, avec tout ce que nous sommes en train de vivre au niveau rationnel et affectif, dans un contexte sécurisant et bienveillant.

 

Science et pleine conscience.

De la rencontre spirituelle à la rencontre scientifique

Depuis des siècles, la méditation, en tant que pratique de bien-être, commence toujours avec cette rencontre, d’abord avec soi et ensuite (ou bien en même-temps) avec les autres et avec tout ce qui nous entoure. Mais, depuis quelques décennies nous sommes témoins d’une autre forme de rencontre qui se manifeste autour de cette ancienne pratique qui est la méditation.

Le développement des neurosciences,

notamment à travers les nouvelles techniques de neuro-imagerie fonctionnelle (imagerie du cerveau en action), que l’intérêt croissant pour l’étude scientifique des processus affectifs ont conduit à une rencontre à la fois désirée et redoutée entre la spiritualité et la science. Certes, les deux champs de connaissance se rejoignent sur un terrain toujours restreint, mais néanmoins fertile et favorable à notre bien-être physique, mental et spirituel.

 

Aujourd’hui, grâce aux études scientifiques menées partout dans le monde et à l’émergence de la pratique méditative dans les hôpitaux, compris à Paris,  les bienfaits de la méditation sont reconnus par un nombre de plus en plus élevé de médecins, de psychologues et de chercheurs. D’ailleurs, je cite certaines vertus de la méditation de Pleine Conscience dans l’article intitulé « Un séjour à l’Inserm, les bienfaits de la méditation sur le cerveau », publié sur mon blog.

Les études récentes menées en France et à l’étranger,

notamment aux États-Unis montrent que la pratique régulière de la méditation permet de réduire, voire de vaincre le stress, la dépression, l’anxiété, tout en favorisant, à long terme, le fonctionnement cognitif (développement de l’attention, meilleure gestion des émotions etc.) ainsi que la stimulation des connexions neuronales.

 

Quelles que soient vos raisons, spirituelles ou scientifiques (ou les deux) pour lesquelles vous aimerez pratiquer la méditation, le plus important est de faire le premier pas vers cet univers ancien, mais tellement bien ancré dans la réalité actuelle. Il n’y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent !