Coaching

La clef vers l’écoute intérieure

En fait, il a déjà été prouvé par la science que nous sommes distraits durant 50% du temps de la journée. En réalité, pendant ce temps notre cerveau ne se centre sur rien de concret, il reste dans la rêverie, à la dérive.

Vous pourriez penser que ces moments sont relaxants, mais certaines études ont montré que si le cerveau erre trop, la personne est moins heureuse à cause de la déconnexion avec la réalité.

Cependant, les scientifiques du Spanish Resting State Network (SRSN) expliquent que le cerveau possède un circuit composé d’une série de régions cérébrales interconnectées, qui sont déconnectées pendant l’exécution de tâches cognitives de toute sorte, mais qui sont très actives à l’état de repos. Ce circuit est relié au contrôle des états internes et à la mémoire autobiographique. En d’autres termes, dans ces moments où nous avons l’air ébahi, rêveur, déconnecté, ne faisant rien de concret, notre cerveau est capable de relier le présent au passé.

Un appui scientifique

Ceci-dit ils ont été plus loin dans leurs recherches. Après avoir découvert ce circuit, ils ont trouvé un autre circuit fortement relié à ce réseau par défaut. Ce circuit est formé par les régions dorsales du cerveau chargées du traitement de l’attention ainsi que par l’insula et le cortex moteur supplémentaire, normalement observés lors des tâches cognitives.

Ils ont donc mis en évidence que ces deux circuits, attention et “ne pas faire“, sont liés, mais de manière inverse : lorsque le signal augmente dans un circuit, il diminue dans l’autre. En d’autres termes, si nous activons l’attention, nous désactivons l’introspection et vice versa, ce sont deux circuits cérébraux qui ne peuvent pas fonctionner en même temps

Jonathan Schooler, de l’université de Californie, nous parle « d’errance de l’esprit », qui est une forme de rêverie, de ne pas se focaliser sur l’extérieur mais sur l’intérieur. En étant focalisé vers l’intérieur, lorsque nous faisons cela lorsque nous prenons le temps de nous écouter, nous pouvons contacter notre propre vision.

Dans cette optique, une des « sept clefs pour nourrir notre esprit » (the healty mind plater, Dr David Rock) « Ne pas faire » veut dire laisser son imaginaire rêver d’une manière programmée, dans un moment choisi, opportun, ce qui peut apporter des bénéfices surtout en termes de créativité.

Par exemple, il se trouve qu’une seconde avant une inspiration il y a une grande explosion électrique dans notre cerveau, la plus grande fréquence électrique cérébrale, les ondes gamma se produisent précisément dans ce moment-là. Et il est très difficile qu’elles se produisent normalement dans notre activité quotidienne.

La science nous dit que c’est dans ces moments-là que nous réalisons, ou nous comprenons, soudainement quelque chose que nous n’avions pas compris auparavant. C’est un processus délicat et pour qu’il se produise, il faut que le cerveau soit détendu pour qu’il puisse explorer les associations neuronales éloignées. Ce ” ne pas faire mental “(cognitif) nous permet d’entendre d’autres types de connexions neuronales plus faibles parce qu’elles sont nouvelles, ce que nous ne pouvons pas faire tant que nous sommes sous pression et avec une attention concentrée sur l’objectif. Marcos Beeman, a publiédans le Neuroleasership : « Les variables qui améliorent la capacité à détecter des associations faibles peuvent améliorer la résolution des problèmes. »

Il est possible que ce soit la raison pour laquelle ces moments d’inspiration se produisent lorsque l’on prend une douche, en faisant du footing, en conduisant, ou en se réveillant le matin, quand notre cerveau n’est pas encore organisé.

La science nous montre aussi que, lorsque nous sommes anxieux ou stressés, notre vision se présente sous la forme d’un tunnel, de sorte que nous ne sommes pas ouverts aux solutions de rechange, ou à d’autres options possibles.

NE PAS FAIRE un chemin vers l’écoute intérieur

La clef est dans ce que nous faisons avant ces moments de créativité. Donc, lorsque nous programmons au cours de notre journée des activités qui nous détendent, qui font taire le bruit de notre cerveau. Ainsi, créer un environnement de détente, nous incite à ne pas faire mentalement, et nous aide à être plus créatifs.

Par conséquent, les idées sont plus vraies lorsque vous pouvez regarder à l’intérieur de vous et ne pas vous concentrer uniquement sur le monde extérieur, lorsque vous vous trouvez assez en sécurité pour vous arrêter et lâcher prise, réfléchir aux pensées les plus profondes et ne pas vous préoccuper de ce qui se passe autour de vous pendant un moment.

 

 

*Source : Entrena tu cerebro, Marta Romo -2014



Recevoir la newsletter

Des idées pour mieux vivre ses émotions, se concentrer, communiquer et atteindre ses objectifs

Bienvenue

Share This