La peur, notre meilleure conseillère?

L’émotion de la peur est la réaction de l’organisme lorsqu’il se sent en danger. Elle mobilise nos ressources pour faire face à l’adversité. Notre cerveau analyse et organise notre protection et choisit la meilleure attitude : fuir, combattre, (ou la sidération).

Dans certaines situations, la peur développe en nous des capacités extraordinaires. Et dans des situations de danger extrême, la peur (à conditions de n’être ni exagérée, ni minimisée), reste notre meilleure conseillère.

L’anxiété face à l’épreuve (covid19) ou au changement.
Psychologiquement, l’angoisse du futur semble être une émotion spécifiquement humaine. Elle est inhérente à la conscience de l’avenir, à la capacité de reconnaître nos possibilités de survie dans une situation difficile.
Se tromper, échouer, ne pas faire face correctement, sont des peurs naturelles de tout un chacun.
Dans cette situation si particulière, du covid19, dans cette période de confinement, il y a une part normale d’anxiété devant les perspectives ouvertes par l’incertitude du futur.

Cette anxiété nous permet de nous préparer à assumer et tolérer en soi-même, l’incertitude du future. En ce sens elle est utile. Il s’agit de construire la sécurité intérieure, ce que l’on appelle, la confiance en soi. Vouloir la supprimer ou nier le ressenti et vouloir à tout prix la remplacer par des cachets, peut nous mener à des addictions ou à la distraction en continue. La reconnaître nous aide à faire face à la situation.

Pour cela nous avons besoin de nous préparer.

Il est recommandé de réaliser plusieurs actions :
  • Faire une liste de nos peurs et écrire à chaque peur quel pourrait être son antidote.
  • Se souvenir des situations difficiles que nous avons surmontés dans le passé.
  • Pour contrebalancer ses sentiments de peurs, faire le compte de nos ressources, de nos succès et nos réussites est important, et puis aussi, reconnaître et accepter nos imperfections.
  • Se brancher sur son cœur, plutôt que sur sa tête, et regarder plusieurs fois son film intérieur, les histoires qu’ on se raconte, avec beaucoup de tendresse.
  • Face à la peur, avoir un soutien psychologique, pour accepter ses ressentis et ses émotions est important pour être indulgent et bienveillant envers soi-même.
Pour faire face à soi-même, tout ce processus n’est pas facile !!! N’est-ce pas ?
Donc, si nous parlions maintenant du soutien ?
Un soutien psychologique pour affronter l’anxiété nous aide à :
  • Reconnaître ses peurs, les accepter.
  •  En parler, les partager.
  • Les décoder.

Demander un soutien nous apporte du réconfort. Nous sommes accompagnés dans l’épreuve que nous traversons. De plus, la sensation de réconfort produite par la relation, d’un proche ou d’un thérapeute, nous la gardons en nous tout le temps. Cette sensation de support, par le contact, nous renforce psychologiquement.

Le conflit
Comme nous l’avons vu, une certaine anxiété face à un avenir incertain est naturelle et peut être utile. Elle devient une pathologie quand elle est excessive et s’installe de façon chronique. Elle se développe lorsqu’il y a opposition entre deux parties de soi, devant notre impossibilité de satisfaire, en même temps, nos besoins de sécurité et de liberté, ainsi que de protection et d’action. Ce que nous vivons tous en ce moment de crise sanitaire.
Pour ne pas se laisser piéger par trop d’anxiété, ni par le déni, dans la situation de crise sanitaire actuelle, il nous faut avoir construit ou construire, un sentiment de sécurité intérieure fort. La confiance en soi.
La transcendance par le soutien psychologique
L’anxiété, lorsque l’on peut en parler et être écoutée, quand on arrive à élaborer son émotion, peut être apaisée. La peur est exprimée, parlée, entendue, partagée, et elle peut être traversée.
 Dominique Frau
Source , “L’intelligence du cœur Isabelle Filliozat,1997.


Recevoir la newsletter

Des idées pour mieux vivre ses émotions, se concentrer, communiquer et atteindre ses objectifs

Bienvenue

Share This